Takarmoust

La figue de Barbarie


Caractéristiques

Généralement classée parmi les fruits exotiques, la figue de Barbarie (Opuntia ficus-indica) pousse certes en Afrique, mais aussi dans toute le bassin méditerranéen et jusque dans le midi de la France. Ce petit fruit de forme ovoïde, mesurant 5 à 8 cm de longueur, est facilement identifiable grâce aux fines épines qui couvrent sa peau verte et assez épaisse. Le fruit se consomme pelé, et sa pulpe, de couleur corail ou rouge, apparaît pleine de petits pépins sombres, qui peuvent se consommer.

La figue de Barbarie est juteuse et parfumée, avec un arôme floral subtil. Elle possède une saveur douce et délicatement sucrée : elle renferme en effet 8 g de glucides pour 100 g, un peu moins que la moyenne des fruits métropolitains. Ces glucides sont constitués pour plus de 90 % par du glucose (un glucide simple dont le pouvoir sucrant n'est pas très élevé : 75, contre 100 pour le saccharose, et 130 à 170 pour le fructose). On y trouve aussi du fructose, et des traces de saccharose.

Les glucides fournissent l'essentiel de l'apport énergétique de la figue de Barbarie : 44 kcalories (soit 182 kJoules). En effet, les autres constituants énergétiques sont très peu abondants : les protéines et les lipides (présents surtout dans les cellules membranaires) ne dépassent pas respectivement 1,3 g et 0,7 g pour 100 g. La figue de Barbarie se présente ainsi comme un fruit modérément énergétique, se situant au même niveau que l'orange ou la myrtille, par exemple.

Elle se distingue par une teneur très élevée en fibres , de l'ordre de 4,4 à 5 g aux 100 g (une valeur parmi les plus élevées pour un fruit frais). Il s'agit en très grande majorité de fibres insolubles (cellulose, hémicelluloses, lignine), formant en particulier la trame des petits pépins présents dans la pulpe.

A noter qu'on peut parfaitement éliminer la plus grande partie de ces fibres en passant la pulpe à travers un tamis fin : la purée obtenue peut être utilisée pour confectionner coulis ou sorbet.

La figue de Barbarie fournit des apports vitaminiques variés et intéressants. Le taux de vitamine C atteint 22 mg aux 100 g, une valeur plus élevée que celles qu'on relève généralement dans les fruits métropolitains. Elle renferme aussi de la provitamine A (sous forme de béta-carotène et de cryptoxanthine), à raison de 45 à 60 µg aux 100 g. Enfin, des vitamines du groupe B sont également présentes, à des taux proches de ceux de la plupart des fruits frais (0,02 mg de vitamine B1, 0,03 mg de vitamine B2, 0,4 mg de vitamine B3 ou PP).

Parmi les minéraux , on observe, outre une dominante de potassium (habituelle dans les végétaux frais), des taux particulièrement élevés de calcium (46 mg pour 100 g) et de magnésium (28 mg) : ils sont parmi les plus élevés pour un fruit frais. Le phosphore ne dépassant pas 32 mg, on aboutit à un rapport calcium/phosphore très nettement supérieur à

1, ce qui favorise la bonne assimilation calcique. On peut aussi noter la présence de fer et de cuivre en quantités non négligeables (respectivement 1,1 mg et 0,6 mg).

Histoire

Originaire du Mexique, ce fruit exotique pousse sur un cactus aux larges ramifications en forme de raquettes armées de piquants. Le fruit aussi comporte de nombreux aiguillons mais - heureusement pour les gourmands - il est lissé à l'aide d'une lame plate avant d'être présenté sur les marchés.

Quatre siècles avant notre ère, on élevait des cochenilles sur des Opuntia cochenillifera - une des nombreuses espèces de figues de Barbarie - et l'on utilisait ces minuscules insectes pour obtenir une matière colorante rouge. Très riche en sucre, ce fruit fermenté et alcoolisé produit la célèbre tequila.

Production

Sur le figuier de Barbarie poussent de belles fleurs jaunes qui céderont la place, en juillet - août,

à des fruits ovoïdes de 6 cm environ. Leur épiderme variant du jaune clair au rouge prononcé (voire violacé) camoufle une pulpe juteuse, rafraîchissante et remplie de petites graines noires très dures. La peau de ce fruit est armée de petits aiguillons qui rendent sa récolte difficile et patiente. Les fruits sont traditionnellement décrochés des cactus, d'août à octobre, à l'aide d'un bâton dont l'extrémité est fendue en croix.

La figue de Barbarie est importée en automne d'Espagne et de Sicile mais également de Colombie et d'Afrique du sud.

Intérêt

La figue de Barbarie, tout en n'apportant qu'un total calorique modéré (44 kcalories aux 100 g, soit environ 2 % de l'apport énergétique quotidien), contribue efficacement à renforcer les apports en vitamines et en minéraux dans l'alimentation.

Une fourniture aussi variée qu'utile pour un bon équilibre nutritionnel : trop souvent en effet, l'alimentation actuelle est déficitaire en certains de ces micro-éléments pourtant essentiels pour un bon équilibre nutritionnel.

En effet, avec 100 g de ce fruit, on peut assurer la couverture de  :

- 27 % de l'AJR* pour la vitamine C

- 24 % de l'AJR* pour le cuivre

- 7 à 8 % de l'AJR* pour le magnésium

- 6 à 11 % de l'AJR* pour le fer

- 6 % de l'AJR* pour le calcium.

*AJR = Apport Journalier Recommandé

Résumé

La figue de Barbarie peut apporter dans l'alimentation des saveurs nouvelles et subtiles, et des compléments nutritionnels aussi variés qu'appréciables : de la vitamine C (22 mg aux 100 g), des vitamines du groupe B et de la provitamine A, ainsi que de nombreux minéraux et oligo-éléments.

C'est un fruit particulièrement bien pourvu en calcium, en magnésium, en fer et en cuivre).

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site